Mettez du beurre dans vos épinards : comment générer des revenus passifs quand on est une agence web ou freelance


Un des gros soucis lorsque l’on a une agence Web, ou que l’on est freelance, c’est qu’on est dans la prestation de services ponctuelle. Cela vous oblige à enchainer les projets à un train d’enfer, sinon pas de revenus ! J’ai pour vous quelques techniques simples pour générer des revenus passifs réguliers. Les récurrences vous aideront à souffler un peu.

Suite à mon post-mortem qui a rencontré un franc succès (Merci !), beaucoup d’entre vous m’ont demandé des techniques concrètes pour améliorer les aspects de son business. Je vous donne aujourd’hui quelques astuces qui ont permis de générer des récurrences facilement, et d’augmenter un peu la facture client sans que celui-ci ne bronche.

Objectif : des techniques simples, rapides à mettre en place ne vous demandant pas de compétences trop poussées.

Les récurrences

1. Les hébergements

En tant qu’agence web, il est facile de proposer des hébergements à des clients et de prendre sa part dessus. Choisissez une solution d’hébergement où vous pouvez héberger plusieurs sites (par exemple un VPS, un multi-dom, un hébergeur spécialisé comme WP Serveur ou WP engine…). Selon le coût à l’année choisissez un prix client qui vous permette de prendre une petite marge. Proposez par exemple à vos client un tarif entre 19 et 39€ par mois (c’est purement subjectif afin de vous donner une idée, à vous d’adapter).

Faites payer à l’année pour plus de simplicité (quite à offrir la première – en réalité compris dans la presta initiale)

2. La maintenance mensuelle

Selon la nature du site, une maintenance n’est pas forcément indispensable, mais proposez-en une toujours à vos client : mise à jour des plugins et WP une fois par mois, sauvegarde des données, envoi des stats de trafic, propositions d’améliorations (j’en parle plus loin). Cela montre à votre client que vous vous occupez de son site régulièrement, et qu’il n’y a pas besoin de plus pour que le site tourne.

Proposez alors un forfait à 19€ à 39€ par mois (subjectif là encore).

De votre côté optimisez ceci pour que ça ne vous prenne pas de temps : Manage WP pour gérer toutes vos mises à jour d’un seul endroit, Back-up buddy pour automatiser les sauvegardes. Installez un plugin de sécurité comme WordFence et un plugin d’amélioration des performances comme WP Rocket.

3. Un système de newsletter

Proposez à vos clients un système de newsletter pour qu’ils puissent envoyer régulièrement à leurs clients des informations. Avec un système comme Campaign Monitor que vous pouvez revendre en marque blanche, vous fixez votre commission en plus du prix de base de la plateforme et vous touchez un revenu tous les mois.

Prenez au moins 50% du prix initial (subjectif) : les tarifs restent abordables pour le client et vous touchez une bonne commission.

Cette technique s’est avérée très efficace pour nous, surtout lorsqu’on a commencé à toucher des clients un peu plus gros. Si votre client est sur sarbacane, il paie énormément, vous allez pouvoir lui proposer plus performant, plus moderne, et moins cher (du coup là renseignez-vous sur le prix que le client paie, et proposez 20% moins cher.)

4. Le blog et l’affiliation

Bloguer prend du temps, mais c’est toujours bénéfique pour votre réputation. J’ai lancé il y a quelques temps WP Spread afin de partager des tutos et actus autour de WordPress. Si vous avez un blog, songez à l’affiliation.

L’affiliation c’est parler d’un produit, et de tirer une commission si vous avez généré une venteWP Engine , Elegant Themes… ont de très bons programmes d’affiliation (WP Engine vous donne 200$ par apport d’affaires!). Vous pouvez donc parler d’eux lors d’un article, tutoriel, mettre un lien affilié vers leur boutique (pour cela il faut vous inscrire en affilié préalablement sur leurs sites) et le tour est joué.

Attention : cette pratique peut vous causer du tord si vous en abusez, sachez donc ne pas vous montrer trop gourmands. Je connais des gens qui vivent exclusivement de ça !

Les petits extras sur la presta

La formation à la livraison

La formation est encore une bonne niche fiscale en France. Pour obtenir l’agrément, un premier client et une simple demande à la DIRECCTE suffisent. Après ça, vous allez pouvoir proposer des formation d’une demi journée à une journée à l’issue de la prestation, pour montrer à votre client : comment ajouter/modifier une page, comment rédiger sur le blog, les techniques de rédaction, comment optimiser le SEO, un petit mot sur les réseaux sociaux …

Et cette formation peut-être prise en charge par son OPCA, ou dans le cadre de son CPF si c’est un salarié, ou par le Pôle Emploi si c’est un demandeur d’emploi.

C’est l’occasion idéale de rajouter 400€ à 600€ HT sur la facture, en indiquant au client que ce sera financé par son organisme, et que ça ne lui coutera rien. Top non ?

Proposer un pack d’heures prépayées pour les futures interventions

N’avez-vous jamais eu un client qui vous appelle afin que vous mettiez en ligne le nouveau catalogue de l’année à venir ? C’est une opération qui va vous prendre 5 minutes chrono en main. Difficile à facturer « juste » ça hein ? A force d’accumuler des clients, ces petites demandes s’accumulent et le temps passé est loin d’être négligeable.

La solution est de proposer à l’issue de la prestation un pack d’heures d’intervention (attention : c’est différent de la maintenance, les 2 sont cumulables donc).

L’idée est de proposer un pack de 10h prépayées au tarif exceptionnel de 400€ au lieu de 600€ HT (subjectif, toujours). Le fait de le proposer sous forme d’offre promotionnel motivera le client. Je ne suis pas commercial, mais je n’ai jamais eu de difficultés à vendre ceci.

Tenez un document Google Docs ou un tableau Excel, où vous décomptez le temps passé à chaque presta. Faites un résumé des interventions à la fin du mois.

Propositions d’améliorations mensuelles

(ou trimestrielles) C’est ce dont je vous parlais plus haut dans la maintenance. Faites un rapport tous les mois ou tous les trois mois, en indiquant au client quels sont les mots clés qui fonctionnent le mieux, le nombre de visiteurs, et faites des propositions quant-à l’amélioration de leur site, par exemple :

  • Vous devriez songer à bloguer 2 fois par mois, on pourrait écrire des articles pour vous
  • Ce mot clé n’est pas assez représenté sur le site, on pourrait ajouter une landing page dédiée
  • Afin de convertir plus d’internautes, on pourrait ajouter un système d’opt-in menant à une séquence email

Si le client se montre intéressé, c’est là l’occasion de faire un nouveau devis, le but étant désormais d’améliorer sa visibilité / conversion / revenus. Et ça montre que vous vous occupez bien de lui.

Divers

Le petit projet perso

Lorsque je me suis lancé, j’ai d’abord fait mes armes sur un projet perso. Je vous invite à en faire de même : cela vous permettra de gagner en compétences, de remplir votre portfolio, et de montrer à vos premiers clients que vous faites des choses.

J’avais crée cours-informatique-gratuit.fr (projet que j’ai repris aujourd’hui) avec pour but de proposer des cours gratuits d’informatique en ligne pour les débutants, car je trouvais ce sujet quasiment pas représenté sur la toile. J’ai ajouté quelques publicités Adsense à l’époque, et aujourd’hui le site est énormément visité chaque mois, ce qui m’assure une petite retombée d’argent passive (je n’ai pas touché au site pendant 7 ans).

Montez un blog, parlez de votre passion. A un niveau vous pourrez peut-être avoir quelque chose à vendre : du savoir, des produits (après tout tim ferris a fait sa fortune en revendant des produits dopants). Vous pourriez proposer une partie gratuite, puis une partie payante (genre des vidéos de formation), ou mettre comme moi de la pub (je publie prochainement un article sur le Growth hacking)

En résumé

Et voilà ! J’espère que ces petites techniques vous aideront, surtout aux débutants. Même elles ne vous rendront pas riches, elles vous permettront de générer des récurrences agréables qui vous paieront vos charges (loyer, Internet) et vous offriront une petite tranquillité d’esprit.

Si vous avez expérimenté des techniques simples à mettre en place et efficaces, partagez-les avec nous en commentaire !

Maxime Bernard-Jacquet

L'auteur

Maxime, 30 ans, Grenoblois.
Entrepreneur, développeur web, formateur. Mon dada c'est WordPress.
En savoir plus


À lire ensuite


1 Commentaire

  1. Luc dit :

    Merci pour cet article intéressant en « complément » du précédent article (super intéressant). Pour les formations plutôt que de passer par la direccte et avoir son numéro de formateur (donc paperasse, compta…) j’envisage de passer par le portage salarial uniquement pour les formations pour bénéficier de leur numéro d’agrément et donc m’éviter de la gestion supplémentaire. L’avantage (à voir) étant aussi d’avoir des revenus salarié en parallèle d’une auto-entreprise ou EI, EURL….
    Je suis preneur de retour d’expérience dans le genre si certain en ont ?

Share This